Bienvenue sur le blog de L'ESPRIT D'EQUIPE à Nogent sur seine

09/08/2018

Nous sommes de retour !


Chères et chers Nogentais(e)s

Certaines et certains y verront une coïncidence avec les prochaines élections municipales de 2020 qui approchent à grands pas et qui commencent à faire frétiller celles et ceux qui ambitionnent de devenir calife à la place du calife...
Que nenni, ce retour n'est guidé que par la volonté légitime de nos 2 conseillers municipaux, Dominique Couturier et Gilles Robert (qui a succédé à notre amie Marie Rivière), de faire entendre leur voix et faire connaître leur travail et leur discours auprès des Nogentaises et Nogentais.
 
Car, malheureusement, les débats en conseil municipal sont bridés par le Maire pour qui la démocratie locale et participative n'a d'intérêt que si la "bonne parole" ne sort que de sa bouche (où plutôt de celle de ses plus proches collaborateurs...), les compte-rendus incomplets, l'expression dans le magazine municipal restreinte à quelques lignes.
 
L'ESPRIT D'EQUIPE revient donc sur la place publique !
 
Vous découvrirez  ci-dessous, en 3 actes, la parole de nos 2 élus depuis le début de cette année 2018.
 
Bien cordialement ou amicalement.
 
Laurent Levasseur




Le retour de la parole de nos élus Acte 1


Conseillers municipaux, qui nous revendiquons de gauche et dans l’opposition, nous avons décidé de tenir à votre disposition le contenu de nos interventions en Conseil Municipal.

Les comptes rendus officiels n’en retenant qu’une infime partie, vous pourrez prendre connaissance des projets alternatifs que nous proposons et situer plus précisément la ligne politique qui sous-tend notre engagement. 

Vos remarques, observations, critiques ou encouragements sont les bienvenus. Nous souhaitons susciter vos réactions citoyennes pour nourrir le débat nécessaire autour des projets qui engagent l’avenir de notre cité. 

Dominique Couturier et Gilles Robert 

 

Conseil municipal du 14 Février 2018


Prise de parole de Gilles Robert, remplaçant Marie Rivière démissionnaire.   

Vous me voyez honoré d’être appelé à rejoindre votre assemblée. 

Certes, je ne suis pas là par la volonté du peuple nogentais  ce n’est pas faute d’avoir essayé. Mon arrivée est le fruit d’un concours de circonstances qui assombrissent quelque peu l’idée que je me fais du fonctionnement d’une assemblée démocratique.  Et puisque c’est de démissions qu’il s’agit, j’y consacrerai le temps de parole que vous m’accordez Monsieur le Maire.  J’aurai d’abord une pensée pour les deux colistiers qui m’ont précédé.

Laurent Levasseur :
Fatigué par trop d’années à s’opposer, sans être entendu bien souvent autrement que comme un contestataire par des majorités, qui parfois sous prétexte d’efficacité, ne s’embarrassent pas trop du débat démocratique, préférant le reléguer au rang de « contretemps » ou de « manoeuvres politiciennes », Laurent a choisi momentanément d’autres voies pour être acteur de la vie publique. 

Marie Rivière :
Elle considère ne plus pouvoir concilier ses valeurs et la haute idée qu’elle se fait de la fonction d’élue avec ce qu’elle perçoit de la réalité des débats. 

Mes colistiers n’ont semble-t-il eu d’autre choix que de remettre leur démission. Je tiens à saluer leur parcours, leur implication et l’intérêt qu’ils portent à la chose publique. 
 

 Monsieur le Maire, chers collègues.

Mon intention n’est pas de vous faire la leçon, quoique ancien enseignant je pourrais céder à ce travers, mon propos s’en tient plus modestement à attirer votre attention sur une observation personnelle qui porte sur les deux dernières démissions.
Cela n’a échappé à personne, et cependant il n’est pas anodin de constater qu’elles concernent deux femmes, que celles-ci ne renoncent pas pour convenances personnelles comme il est coutume de dire, mais parce qu’elles considèrent, et cela les honore, qu’être élue municipale n’est pas une fin en soi. Madame Rosian ne pouvant plus selon elle, se faire la porte-parole des voix qui l’ont élue et Madame Rivière pour les raisons évoquées précédemment ont préféré se démettre.    

Après ce constat d’échec, si je peux me permettre,  on ne peut s’empêcher de penser au chemin qu’il nous reste à parcourir pour accueillir et accepter ces sensibilités et cette éthique féminines que la loi impose à un univers qui dans son fonctionnement demeure encore très masculin. Pour ma part, j’essaierai d’être à la hauteur de la fonction sans renoncer à mes convictions et en veillant à vos côtés à défendre les valeurs que partagent les élus républicains quand celles-ci sont attaquées.  J’aborde ce passage de relais en espérant pouvoir m’associer ou être invité à le faire à des projets ambitieux au service du vivre ensemble.


Je vous remercie pour votre accueil, pour votre attention et vous adresse mes meilleurs vœux pour la nouvelle année. 

Intervention sur les rythmes scolaires :


 
Le retour à la semaine de 4 jours de classe c'est une exception, aucun autre pays n'a adopté cette fréquence . Cela conduit à une concentration des horaires de classe sur 144 jours  quand les autres pays les étalent sur 200 jours en moyenne. C'est la suppression d'une matinée de classe privant les enfants de 3 h. hebdomadaires d'un temps scolaire où ils sont plus vigilants donc plus efficaces. 
C’est concentrer le temps scolaire sur 4 journées de 6 heures  quand enseignants et chercheurs s'accordent à dire que pour les enfants du primaire les             journées sont trop longues.                                                                                                                                                
 
La semaine de 5 jours permet d'alléger de 45 minutes la journée scolaire, soit 4 x 45 mn transférées au choix sur une matinée du mercredi ou du samedi, moment plus propice aux apprentissages. L'Académie Nationale de Médecine  affirme sur des bases scientifiques que la semaine de 4 jours est néfaste.Une conférence de 2010 réunie par Luc CHATEL ministre de l'E. N. de N. SARKOZY  a conclu que la semaine de 4 jours à l'école primaire était inadaptée .

Un rapport du Sénat de juin 2007 conseille d'en finir avec l'instabilité et demande de faire prévaloir l'intérêt de l'enfant et de conserver le principe d'une semaine d'au moins 4 jours et demi à l'école élémentaire .
La Mission d'information parlementaire sur les rythmes scolaires de décembre 2010                conclut que la semaine de 4 jours devrait être interdite, la semaine de 4 jours plébiscitée par les adultes est    préjudiciable aux apprentissages .
Comme le disait M. BLANQUER, actuel ministre de l'E.N., en 2010 le monde des adultes s'est entendu sur le monde des enfants.
Enfin la semaine de 4 jours qui occasionne 2 ruptures hebdomadaires induit des processus de désynchronisation des rythmes biologiques de l'enfant souvent lents à se recaler pour certains, préjudiciables à l'état de vigilance et générateurs de fatigue.
Ces divers avis devraient nous indiquer qu'il s'agit de santé publique, que donc cette décision devrait relever de l'Académie de Médecine et des spécialistes en chronobiologie . Or qui consulte-t-on pour un avis susceptible de prendre en compte les intérêts de l'enfant ?
Les parents : Pourquoi feraient-ils le choix de désorganiser une vie familiale et surtout professionnelle qui ne prend que trop rarement en compte le rythme de l'enfant ?  Pensez-vous qu'ils soient en position de négocier avec leurs employeurs des aménagements d'horaires de travail  compatibles?
Les enseignants :  Pris dans un conflit d'intérêts, imaginez-vous quelqu'un à qui pour le même salaire on propose de travailler 4 jours au lieu de 4 jours 1/2 par semaine refuser cette opportunité?
En conséquence il n'y a que vous pour prendre une décision impopulaire mais courageuse, soucieuse du respect des rythmes de l'enfant et qui n'exclut pas si nécessaire des aménagements à la marge.

Qu'en pensez-vous Docteur DURAND?

                                            

Acte 2 conseil municipal du 19 Avril 2018

A propos du centre médical
Insatisfait par votre réponse le 4 avril, dont j’ai oublié l’essentiel et qui me laisse l’impression, qu’à juste titre probablement, vous m’avez pris pour un ignorant, j’ai tenté de remédier à mon ignorance à défaut de me montrer réactif. Au risque de vous lasser et dans l’attente d’une réponse concise, je renouvelle ma question.  
Vous nous avez proposé de visiter le 29 mars un ensemble immobilier destiné à accueillir  des professionnels de santé.  Le 4 avril vous nous avez consultés à propos du montant de la location des espaces mis à disposition. Ce 19 avril vous nous présentez un règlement intérieur destiné à organiser et répartir les contraintes et charges liées à l’occupation des locaux.
Jusqu’à ce jour, Monsieur le Maire, cette démarche s’apparente essentiellement à une opération immobilière. J’imagine que le tarif proposé pour l’occupation des locaux est suffisamment modéré et attractif pour attirer des professionnels « sinistrés » et les inciter à s’accommoder de la « misère » climatique, économique, sociale, intellectuelle et culturelle de notre belle et de la patientèle (ces propos se veulent évidemment humoristiques).  
Il m’apparaît que vous vous êtes jusqu’à présent contenté d’une gestion toute technique de ce dossier comme le ferait un agent immobilier. En pratiquant une offre tarifaire incitative, ne craignez-vous pas d’exercer une concurrence déloyale vis-à-vis des bailleurs privés ?  
A moins que cette offre apporte en contrepartie une qualité de service négociée au nom de la population nogentaise et qui pourrait s’accompagner  d’un meilleur accès aux soins,  de la pratique du tiers payant, de la possibilité de consultations d’urgence sans rdv, de la possibilité de visites à domicile pour les personnes ayant des  difficultés de mobilité ou de transport, de permanences durant les heures de fermeture ,  de l’engagement des professionnels dans des actions de prévention, de l’accueil des étudiants en médecine en liaison avec la recherche , d’une reconsidération de la place du patient avec l’existence d’un dossier commun pour la coordination des différents intervenants,  d’une coopération avec d’autres partenaires (sociaux…) et réseaux .   
Si c’est le cas la prestation se justifie et correspond aux attentes des électeurs et contribuables et s’inscrit, de mon humble avis, dans les missions de cette assemblée mandatée pour gérer la dépense publique en vue de la mise en place de services de la meilleure qualité possible à la population.  
 Alors j’en viens à ma question : au-delà de la gestion immobilière de ce dossier existe-t-il un volet humain et médical, un nouveau projet médical a-t-il défini les besoins au préalable ?
 Un projet élaboré en concertation avec les professionnels de santé pressentis et éventuellement des représentants de la patientèle a-t-il été envisagé afin de répondre le plus précisément possible aux attentes en matière de santé ?
Ce projet a-t-il été déposé pour agrément à l’A.R.S. et ouvrir droit à des aides financières pour sa réalisation ? Les économies réalisées par rapport au projet initial ne risquent-elles pas d’appauvrir le plateau technique et de réduire l’attractivité de la proposition ? La réponse de Monsieur le Maire ne mentionne pas clairement l’existence d’un projet médical.
En conséquence nous voterons contre ce règlement intérieur parce que nous pensons que l’essentiel n’y est pas.  Sans projet de santé, nous faisons l’impasse sur ce qui fonde notre légitimité d’élus, la représentation des nogentais est mise entre parenthèses. 

ATTENTION
30/05/2018   
 Réponse au rectificatif de l'article paru le 21/04/2018 dans la presse locale  et concernant le pôle médical : 

Puisque le débat municipal se prolonge dans la presse locale par la plume de Madame la première Adjointe, l'Esprit d'Equipe veut bien s'y joindre  mais par respect du cadre et pour ne pas nuire à la loyauté des débats nous nous contenterons de vous répondre dans l'enceinte municipale.  La proposition d'élaboration d'un document écrit valant engagement en coordination avec les acteurs concernés par le centre médical ne contredit pas la confiance que vous accordez aux professionnels de santé. Contrairement à ce que votre correctif dans la presse, involontairement je l'imagine, pourrait laisser entendre nous partageons cette confiance et elle n'est pas moindre que celle que nous accordons aux journalistes quand ils exercent leur métier.  
Peut-être eut-il mieux valu dépasser les querelles tactiques et politiciennes de la campagne comme vous les dénoncez parfois dans les propos de mes colistiers, et saisir cette occasion pour faire de la politique avec un grand P   et prendre le temps de partager l'élaboration d'un projet médical ambitieux tenant compte du précédent projet et susceptible de rassembler la plus large majorité possible sans perdre votre singularité.  Vous auriez pu alors gérer dans une relative stabilité les aléas relationnels ou autres exigences déraisonnables dont vous vous faites l'écho et qui contredisent un angélisme bienveillant  qui ne justifie pas qu'on fasse l'économie d'une négociation visant une amélioration sensible du service médical rendu à la population nogentaise et qui serait aller bien au-delà de quelques places de parking, certes utiles.  

Acte 3 Ce à quoi vous avez échappé dans le bulletin municipal n°11 de juin 2018


L'opposition s'oppose,  et alors...
Dans un pays où la règle électorale du scrutin majoritaire à 2 tours octroie une majorité confortable à la liste sortie en tête au second tour, quel écho peuvent espérer avoir les minorités qui en sont issues ?
 A Nogent comme dans la plupart des municipalités nul besoin de prendre en compte, tant soit peu, la diversité des voix qui s'expriment lors des élections.  Alors, comment se faire entendre ?
 Concernant 80 %  environ des propositions de la majorité, nos voix se joignent aux leurs. Pour les 20 % restant, en désaccord, nous tentons de créer les conditions d'un débat en exposant des alternatives aux solutions soumises à notre approbation en conseil municipal.

Les rythmes scolaires : Opposés à un retour à la semaine de deux fois deux jours, nous amenons des arguments contradictoires..... Pas ou peu de débat qui n'aborde que l'avis des parents et fait l'impasse sur le rythme de l'enfant. Le sujet semble déjà tranché. Résultat : 26 pour, 2 contre.

Le Pôle médical : Nous tentons de relancer les échanges autour de ce qui semble devoir être un CENTRE MEDICAL MUNICIPAL selon l'A.R.S. (Agence Régionale de Santé) et selon une autre liste d'opposition.      Cette structure financée par vos contributions se différencie trop peu de ce qu'un promoteur privé propose.

Le projet médical précédemment élaboré, agréé par l'A.R.S. et ouvrant droit à de probables subventions a été simplement abandonné.      Dans la précipitation on y a substitué un projet immobilier d'un moindre coût agrémenté d'un parc de stationnement. Nous espérons que ce moins disant matériel des locaux n'en appauvrisse pas l'attrait tant il est difficile d'attirer des médecins dans nos contrées. Usagers et payeurs vous auriez pu être pris en considération dans un projet médical négocié en votre nom avec les professionnels de santé en échange d'une offre locative attractive. Cette tractation aurait pu porter  sur un meilleur accès aux soins,  sur les permanences pendant les heures de fermeture, sur l'engagement des professionnels dans des actions de prévention. 
En l'absence de projet médical de substitution , qu'en sera-t-il ?
 P.L.U. En réunion publique portant sur la présentation du projet de révision du P.L.U. , nous nous étonnons du choix fait d'une politique démographique très maîtrisée. Nous exprimons nos craintes qu'un développement, trop contenu, accompagnant un vieillissement général de la population, ne l'accentue encore. Dans ce bassin d'emplois particulier (4 000 emplois pour 6 000 habitants) pourquoi ne pas favoriser l'installation des familles sur leur lieu de travail. Trop de prudence ne risque-t-elle pas de nuire au développement économique et commercial de la cité, aux recettes fiscales de la ville, au maintien des classes dans nos écoles, au  dynamisme des associations, à la mixité sociale de la population...
 Il arrive, reconnaissons-le, que l'opposition soit insistante, parfois un peu indisciplinée dans l'exposé passionné des ses propositions, ce n'est pas pour autant qu'elle doive faire face à des écarts verbaux inappropriés qui ne contribuent pas à la sérénité des échanges.
La salle de sports de combats :  On nous consulte pour un équipement qui fait l'unanimité et simultanément on hypothèque ce choix en indexant la qualité du projet au niveau des subventions. Les nogentais méritent mieux que cela.
 Puisqu'un fil conducteur de cette majorité semble être les économies, nous nous permettrons de rappeler que les investissements d'aujourd'hui donc les dépenses contribuent aux richesses de demain, que des surcoûts visant une plus-value qualitative des constructions peuvent se révéler à terme des économies.
Comme disaient nos grands-mères qui ne manquaient pas de bon sens  :  "Les chaussures meilleur marché ne sont pas toujours les moins chères."    

18/02/2017


Conseil municipal du 8 février 2017 : Débat sur les orientations budgétaires 2017

 
Déclaration des 2 élus de L'ESPRIT D'EQUIPE :
2017, année de mi-mandat, sera peut-être une année décisive tant au niveau national que local. Verra-t-on se poursuivre, voire s’amplifier l’asphyxie des communes et le délabrement des services publics au profit de grosses structures centralisées ou d’intérêts privés? Allons-nous laisser échapper les différentes compétences des communes, prises en main peu à peu par des technocrates éloignés des populations ? Allons-nous vivre le début de la fin de la démocratie de proximité ?
Malgré les nombreuses ponctions de l’Etat faites au nom de la solidarité et de l’équité territoriale, nous prenons acte des actions positives de la municipalité et qui vont dans le sens de l’intérêt public :
Sécurisation des emprunts
Résiliation pour faute du PPP et musée rendu à la collectivité
Attribution du Bellevue dans le but affiché d’animer, de créer des liens conviviaux, culturels, accessible à tous
Construction et ouverture prochaine d’un pôle de santé avec continuité d’un service public de santé (médecins salariés associés aux libéraux)
Requalification du centre-ville
Volonté de remplacer de l’ex MJC par un bâtiment public consacré à la vie des associations, des familles ou des services
Maintien des tarifs municipaux
Maintien des taux, même si l’impôt augmente comme chaque année
Volonté affichée de résister à la dépossession des compétences des communes, à l’éloignement des centres de décision.
Le rapport d’orientation va dans ce sens et nous vous soutenons en grande partie dans ces actions.
Cependant, pour un acte politique majeur conditionnant l’action municipale, nous aurions voulu également entendre chaque adjoint présenter son bilan, les besoins, les moyens à mettre en place dans  les domaines qui leur sont attribués, l’évolution budgétaire par poste. Au lieu d’un travail entre municipalité et chefs de service, nous réclamons un vrai travail de commission élargie, bien plus riche en lien bien sûr avec ces services, en amont de ce rapport et de l’élaboration du budget, afin de dégager les priorités.
Nous aurions voulu entendre une analyse du bulletin de santé de notre commune : situation dans le domaine du chômage, de la reconversion, de la formation, sur les loyers, sur les aides et les besoins concernant les plus démunis, sur la dette par habitant, un point sur les effectifs et l’avenir de nos écoles dont nous venons d’apprendre la suppression de 2 classes, alors que nous avions besoin d’enseignants surnuméraires… Pourquoi ces baisses d’effectif ? Ne pourrait-on pas ouvrir une réflexion pour une mise en REP de notre collège et de son secteur ?

Nous aurions voulu entendre un bilan sur la sécurité des biens et des personnes et sur l’efficacité de la vidéo-protection avant de la faire évoluer, sur le travail et les besoins de la police municipale. Sur la qualité de vie dans les quartiers. Sur l’environnement
Nous aurions voulu entendre quelle place  nous accordons aux jeunes. On entend parler beaucoup d’économies à faire, j’en conviens. Va-t-on continuer les économies de bouts de chandelle faites, par exemple, sur les crédits de fonctionnement des écoles, appel aux fournisseurs les moins chers, économies sur les séjours de neige des centres de vacances, économies sur les employés avec des contrats inadaptés et précaires etc ?… Ces économies n’améliorent pas la qualité des services et touchent surtout les plus fragiles.
Nous ne cautionnons pas ces économies. Nous devons davantage investir dans la jeunesse, l’éducation, la prévention, à quand des conseils de jeunes, des projets citoyens, des projets de quartier ?
Il s’agit là d’un vrai investissement et d’un vrai challenge pour l’avenir de notre commune.

 

30/11/2016

La fin du PPP


Résiliation du Partenariat Public Privé du musée :
Déclaration des 2 élus de L'ESPRIT D'EQUIPE au cours de la réunion du conseil municipal du 28 Novembre

"Nous, élus de l’EE, ne pouvons qu’approuver la proposition de la municipalité de résilier ce PPP.
Cette décision bien tardive a été prise suite aux défaillances répétées du partenaire privé.
Nous savions pourtant dès l’origine du projet, que le ver était dans le fruit. Le PPP, par principe, ne pouvait qu’entraîner ce genre de situation : Un PPP dont l’intérêt public passe bien après les intérêts privés, la recherche de profits, la rentabilité maximale. Rentabilité avec les entreprises choisies, rentabilité sur les matériaux, rentabilité dans la façon même de faire ce musée.
Les 3 élus de l’EE n’ont cessé, à l’époque, de dénoncer la privatisation de l’action publique. Ils ont, seuls avec une élue de la majorité, voté contre le PPP. Ils avaient raison, comme ils avaient raison également sur la nécessité de faire appel à des médecins salariés. Ils n’ont pas été écoutés. C’est devenu une habitude…
Qu’allait nous apporter le PPP, rappelez-vous le discours officiel ?
La rapidité dans la construction, la simplicité, la tranquillité, une plus grande souplesse, la compétence dans l’élaboration d’un tel bâtiment : nous en voyons les résultats aujourd’hui !
C’est l’inverse qui s’est produit ! Record de lenteur, record de problèmes et de malfaçons, amateurisme, opacité…
Mais ne faisons pas la fine bouche. Nous étions pieds et mains liées devant cette multinationale. Nous nous félicitons que la commune se libère du carcan et reprenne enfin l’initiative. Dans l’intérêt du musée, dans l’intérêt des Nogentais d’aujourd’hui et surtout de demain.
Nous tenons à vous remercier, M. le Maire, ainsi que votre municipalité, pour votre action de résistance et votre pugnacité à défendre les intérêts de la ville dans ce bras de fer déséquilibré et complexe. Nous soutenons et soutiendrons vos initiatives qui vont permettre de nous réapproprier ce musée, de l’améliorer vraiment et de défendre notre commune face à une multinationale qui n’a pas forcément dit son dernier mot...
Il s’agit maintenant d’ouvrir et de faire vivre ce musée qui a tant coûté à la collectivité. C’est la priorité.
Gérard Ancelin qualifiait de jour historique, le 26 janvier 2012, jour du vote en faveur du PPP. Ce 28 novembre 2016, jour de résiliation du PPP et de reprise en main de l’action publique par les pouvoirs publics, est bien un jour historique pour tous les Nogentais !"

08/10/2016

Mobilisation générale


Les salariés Nogentais et Romillons qui prennent le train pour se rendre à Paris sont les "vaches à lait" de la SNCF...
Une situation dont se moquent Hugues Fadin, maire de Nogent sur Seine, et sa majorité municipale, qui ont refusé de soutenir le vœu de protestation déposé par les 2 élus de L'ESPRIT D'EQUIPE lors de la dernière réunion du conseil municipal (voir article + bas).
 
Alors, la mobilisation s'organise sans eux.
 
Jeudi, à l'initiative de Pierre Mathieu, conseiller municipal de Romilly sur seine,  une pétition a été proposée aux voyageurs à l'interieur du train de 6 h 50 au départ de Troyes.  
114 signatures, et pas le temps de voir tout le monde, ont été recueillies. Les usagers Romillons et Nogentais ont quasiment tous signé et apprécié la démarche. 41 autres signatures au retour à midi sur 1 élément du Bibi.
Soit 155 signatures recueillies durant cette initiative.
 
En attendant une prochaine initiative en gare de Nogent sur Seine, L'ESPRIT D'EQUIPE vous invite à signer la pétition en ligne.
 

https://www.change.org/p/sncf-sncf-romilly-nogent-paris-baisser-le-prix-des-abonnements-pour-les-salaries
 


04/10/2016

Le silence des agneaux

C'est bien connu : Qui ne dit mot, consent... L'attitude "lamentable" d'Hugues Fadin envers ses opposants n'a, jusqu'à ce jour, arraché aucun signe de désaccord ou de rejet chez ses colistiers de la majorité municipale, déjà peu bavards, ou totalement absents pour certaines et certains,  dans les débats. Si le silence est d'or, alors il faut croire que la fortune vient en se taisant face aux dérapages du maire...
 
Marie et Dominique ont quitté, dépités, la réunion du dernier conseil municipal.
Difficile de trouver le sommeil, alors Dominique s'est fendu d'un message à ses collègues du conseil municipal avec l'infime espoir de titiller et réveiller leur conscience :
 
" Chers collègues,
Je vous adresse, pour info, ma question orale et mon vœu pour défendre les usagers du train, les entreprises nogentaises, les investissements  réalisés. Notre maire vous en a privé. Maintenant je prendrai l’habitude de vous l’adresser avant le conseil.
 
Ce soir, alors que tout se passait bien, j’ai pris une véritable douche froide. Je me suis senti impuissant, humilié, lessivé.
Faites vous-même votre jugement. Où est la polémique ? Où est la politique politicienne ? Où est la provocation ?
Cette question, Marie et moi, nous l’avons proposée dans un esprit de collaboration constructive. Je m’attendais naïvement à un soutien des conseillers, voire de la municipalité (nous avons le même intérêt, l’intérêt général). Nous ne nous attendions sûrement pas à un tel coup de bâton, un tel déni de démocratie et un tel manque de savoir-vivre vis à vis d’élus bénévoles et qui ne sont là que pour respecter leur mandat et faire vivre l’intérêt général.
J’ai quitté la salle frustré, découragé. Ma colère est à la hauteur du comportement irrespectueux de notre maire, de son excès d’autoritarisme mal placé,  et de l’indifférence des conseillers de la majorité.
L’attitude du maire est scandaleuse. La démocratie locale est piétinée. Nous en avons marre dans l’opposition, de prendre des coups, de ressasser le passé, de débattre dans une telle atmosphère revancharde où seule la rancune oriente les débats.
Il y a 2 ans 1/2 seulement, je me réjouissais d’avoir une nouvelle équipe municipale, des nouvelles méthodes, un maire d’apparence sympathique, humain, démocrate, respectueux. Quelle déception !
J’aimerais connaître l’avis de ceux qui peuvent encore changer les choses, les conseillers de la majorité, même si je ne me fais pas d’illusions. Ils sont bien bridés. La discipline d’abord et tant pis pour la liberté d’expression et la démocratie.
Quatre années dans une telle atmosphère, ça va être très long…"
Dominique Couturier
conseiller municipal et dépité.

29/09/2016

LAMENTABLE !

 
 
 
Que dire d’autre ? Lamentable !!!
Notre maire est lamentable ! Son comportement est lamentable !
Question orale adressée par les 2 élus de L'ESPRIT D'EQUIPE, lors de ce conseil qui s’annonçait calme et sans polémique (voir question ci-dessous). Question sur la défense des usagers du train (service de qualité et tarifs), rien de politique, rien de polémique. Juste une demande légitime d’élus locaux défendant les services publics de la commune et leurs usagers. Juste une inquiétude quant à l’avenir du train à Nogent.
Alors que je m’attendais légitimement à une réponse favorable de la part de l’ensemble des élus, non seulement notre maire, dans sa paranoïa habituelle, a répondu négativement à ma question avant que je ne puisse la poser ??! Impossible de l’arrêter dans sa prose délirante et méprisante, avec sa voix tremblante et le regard méchant. Ça fait peur ! Pas de débat possible ! Oui la démocratie à la mairie est bien morte ! Ce n’est pas la première fois qu’on le constate. Les élus de l’opposition sont ignorés, méprisés. Que ne m’a-t-il pas laissé dire ma question ou que ne l’a-t-il pas dit lui-même ? De toute façon, les conseillers de la majorité sont à sa botte ! Non, notre sinistre personnage, avec sa mauvaise foi classique et son besoin de mettre de la politique politicienne et de la polémique partout, continuait sa prose vaine et provocatrice. Nous avons quitté la salle.
Contrairement aux élus de la majorité dont beaucoup n’ont même pas été réveillés par l’altercation, Marie et moi, n’avons pas honte d’un maire que nous n’avons pas choisi, et de son manque de savoir-vivre, nous sommes plutôt écœurés, fatigués d’être toujours dans la polémique au détriment de l’intérêt général. Au Conseil, on ne sert à rien ! Personne ne sert à rien ! Tout est fait, tout est ficelé ! Aucun travail de commission !
Nous sommes bénévoles, contrairement à certains absents habituels de ce conseil, notre seule motivation est le bien-être des Nogentais. Nous ne sommes pas là pour prendre des coups tout le temps ! Allons-nous regretter l’équipe Ancelin-Neeser au bout de 2 années ? J’étais spectateur des conseils à cette époque et je me souviens qu’au moins, il y avait débat contradictoire.
Quatre ans à tenir encore avec un maire qui, au lieu de parler de jeunesse, de culture, d’éducation, de bien-être, ne parle que d’économie, de revanche, de passé, de sécurité. Quelle tristesse et quelle désillusion !
Voilà mon état d’âme ce soir. J’ai besoin de m’épancher, de dire ce que j’ai sur le cœur. Pour me consoler, je me dis que nous sommes, nous, bien dans notre rôle et respectueux du mandat que nos électeurs nous ont confié. Mais que c’est dur !!!
 
Dominique Couturier
QUELLE TRISTESSE !

Même plus de la colère ou de la déception, c'est au delà ! La motivation, il y a déjà longtemps qu'elle s'est épuisée. L'incompréhension est devenue monnaie courante, les illusions de démocratie ne sont plus que des souvenirs.

Reste la tristesse.
 
Tristesse de voir un homme se débattre dans ses contradictions, un homme qui a été lui même victime et certainement souffert des tensions qui peuvent exister au sein d'un conseil municipal, un homme qui promettait une ouverture d'esprit dans la gestion des affaires communales.
 
Qu'en reste-t-il ? Rien …
Juste de la rancœur qui tourne à la haine et qui jaillit soudain là où on ne l'attend pas ; qui n'a que mépris pour la parole qui n'est pas la sienne ; qui agresse, qui coupe la parole, qui se noie dans des arguments absurdes parce que justifiés par des velléité de pouvoir absolu ; qui n'écoute pas, qui n'entend pas, qui distille le conflit avec persévérance, qui qui qui ….
Et dans le silence absolu de sa majorité …
Et nous, que nous reste-t-il ? Rien...
Pas même le droit de poser une question, envoyée par écrit dans les délais légaux et d'en attendre un réponse sensée.
Juste de droit d'entendre une réponse absurde, à une question non lue ! Avec interdiction d’intervenir ! Pas le droit...
Qu'en est il du respect élémentaire que l'on se doit mutuellement, du savoir vivre, et même tout simplement de la politesse ?
Et je ne parle même plus, hélas de démocratie !
 
Vraiment, quelle tristesse .
 
Marie Rivière

"Allons-nous regretter l’équipe Ancelin-Neeser au bout de 2 années ? J’étais spectateur des conseils à cette époque et je me souviens qu’au moins, il y avait débat contradictoire", écrit mon ami Dominique, désabusé, révolté...

2001/2014, 13 ans autour de la table du conseil municipal, en face-à-face avec Gérard Ancelin.
13 années de confrontation et de débat d'idées, car c'est bien sur les idées, les projets, notre vision pour Nogent sur Seine, que nous nous opposions.
Les joutes étaient parfois violentes, chaque partie savait user du sarcasme, parfois aussi de l'humour, mais le débat contradictoire existait et vivait autour de la table du conseil municipal.

Aujourd'hui, sous le regard désabusé de Marianne, Hugues Fadin, victime devenue bourreau, foule aux pieds la démocratie locale. ...
 
Laurent Levasseur




Pour info, ci-dessous, question orale, accompagnée d'un vœu, proposés par les 2 élus de L'ESPRIT D'EQUIPE :
" Conformément au règlement du conseil municipal, nous souhaitons poser cette question orale et proposer un vœu lors de la séance du Conseil Municipal du 28 septembre 2016.
Lors du dernier Conseil Municipal du 6 juillet 2016, je vous ai interpellé au sujet de la discrimination faite sur le dos des usagers, des acteurs socio-économiques du Nogentais, par la SNCF, concernant des différences de tarifs exagérées entre communes très rapprochées. Situation qui, non seulement, nuit aux usagers de notre commune, en particulier les salariés travaillant sur Paris, aux entreprises locales, mais également aux collectivités qui ont fortement investi pour des structures qui risquent d’être sous-utilisées. Nous avons voté pour le protocole relatif au financement partagé de la ligne électrifiée Paris-Troyes. Bien que ce ne soit pas rapporté dans le compte-rendu de cette réunion, vous n’étiez pas défavorables à ce qu’un vœu soit proposé au conseil suivant. Certains adjoints y étaient même favorables. C’est en effet notre rôle d’élus de défendre les intérêts de ses administrés, de ses entreprises. C’est notre rôle d’élus de faire en sorte que les investissements réalisés soient cohérents et efficients. C’est pourquoi, ce vœu n’apparaissant pas à l’ordre du jour de ce conseil, nous, membres élus de l’esprit d’équipe, avons décidé de vous le proposer au conseil municipal ":
VŒU 
PROPOSE PAR LE GROUPE L’ESPRIT D’EQUIPE
AU CONSEIL MUNICIPAL,
adressé à l’Etat et aux responsables de la SNCF :
Lors de son assemblée du 6 juillet 2016, le Conseil Municipal, à l’unanimité, a voté en faveur du protocole relatif au financement de l’électrification de la ligne Paris-Troyes. Nous sommes favorables à une participation comme nous avons déjà investi dans des structures lourdes favorisant l’accès au train (pont, parking, accessibilité). Cependant, Les différences considérables de tarifs appliquées aux usagers de la gare de Nogent par rapport à ceux de Provins ne peuvent que nuire à la fréquentation de notre gare qui risque bien d’être délaissée au profit de celles de Provins et Longueville. C’est donc l’avenir du train à Nogent qui est compromis.
En outre, les usagers nogentais, travailleurs, acteurs socio-économiques se sentent discriminés.
Cette situation risque d’entraîner un lourd handicap pour la dynamique de notre territoire et de nos entreprises.
Nous, élus du Conseil Municipal de Nogent sur Seine, demandons qu’en contrepartie des efforts financiers répétés de notre collectivité, la politique des tarifs de la SNCF soit révisée en vue d’être plus juste et cohérente, avec une exigence de qualité (nombre de trains s’arrêtant à Nogent) et d’égalité des usagers devant le service public (tarifs équivalents).




18/09/2016

Attention, chute de lettres !

Le 7 Septembre, Madame l'adjointe déléguée à l'éducation twittait, à propos du logo municipal sur la façade de l'espace Anne frank : "Pas de panique, Nogent sur seine a perdu son O mais il va très vite réintégrer son emplacement".
 
 
10 jours plus tard, non seulement Nogent sur Seine n'a pas retrouvé "très vite" son O, mais a perdu, en plus, son N son G son R et son S !
 
 
Madame l'adjointe à l'éducation va devoir réviser ses cours de lettres et mettre les mains dans la colle.
Cette chute du symbole Fadin n'encourage décidément pas à l'optimisme pour notre ville...