Bienvenue sur le blog de L'ESPRIT D'EQUIPE à Nogent sur seine

22/03/2019

Mobilisation générale !

Mobilisation générale !
ELLES et ILS sont 21, nous pouvons être des centaines, voire plus !
Des centaines de milliers de personnes et de jeunes dans les lycées se sont mobilisées la semaine dernière pour sauver le climat et la planète, contre toutes les formes de pollution, contre la déforestation, contre le bétonnage à outrance de nos villes qui sacrifie les espaces verts et naturels...
Alors, pas question de laisser 21 personnes (majorité municipale) à Nogent sur seine, sacrifier un magnifique espace de verdure et naturel en bord de Seine pour en faire 1 parking !
 
La mobilisation commence à s'organiser, avec les oppositions au conseil municipal et dans la population, pour dénoncer et s'opposer au projet aberrant d'Hugues Fadin et de sa majorité municipale contre le projet de parking en bord de Seine (voir plus bas intervention de nos élus au conseil municipal du 18 Mars ).

 Un joli panneau a fait son apparition ce matin sur le mur végétal pour sensibiliser la population. Des actions vont être prochainement menées pour mobiliser les Nogentaises et les Nogentais, soyez prêtes et prêts...

21/03/2019

Budget 2019 : Une politique basée sur le technique et le béton

Intervention de Dominique Couturier au conseil municipal du 18 Mars :
  
Une fois n'est pas coutume, je vais vous faire économiser 520 000 euros sur votre budget :

Un parking supplémentaire au Gué de la Loge inutile, coûteux, inaccessible et surtout destructeur d'un espace vert intéressant : 260 000 euros, et je ne compte pas la vidéo nécessaire, ni l'investissement récent pour le muret et les plantations.
Des caméras supplémentaires pour ce que j’appelle la vidéo surveillance: 255 000€ sans la maintenance et ce tous les ans jusqu’à quand ? Nous ne le savons pas, pas de bilan, pas de résultats.
Allons-nous placer une caméra dans chaque rue, ou encore sur chaque engin de chantier ? Allons-nous aller jusqu’à 1 caméra pour 50 habitants (objectif du maire d’Henin Beaumont). Allons-nous devoir améliorer la vue des caméras pour pouvoir lire les plaques, ou reconnaître les visages (comme proposé à Nice), avec un panneau « SVP enlevez votre cagoule, merci » ? Allons-nous également disposer des micros d’alerte aux bruits suspects sur les murs de nos quartiers (comme propose le maire de St Etienne) ?
Bref, le tout sécuritaire n’a pas de limite et nous sommes entrés dans un engrenage aussi coûteux qu’inefficace. (Et toujours pas d’alerte par panneaux lumineux ou courriels).
Si encore on pouvait retrouver et réprimander les joyeux dépositaires de déjections canines qui fleurissent bon nos trottoirs… Même pas !Donc j’économise 520 000€. Qu’en faire ? 
Embaucher 1 ou 2 policiers municipaux, 1 éducateur de rue, 1 médiateur social +200 000€, augmenter enfin les frais de fonctionnement des écoles (30% de moins en 5 ans !) +20 000€, et remise en place des classes transplantées, de découvertes, véritable outil du vivre ensemble +20 000€, rétablir et amplifier l’aide de rentrées aux parents des collégiens +10 000, augmenter les subventions aux associations (stables depuis 5 ans) +40 000€, principalement celles à caractère social, humanitaire, culturel et environnemental.
Que faire des 230 000€ restants, je les mets dans les actions environnementales et la circulation douce. Nogent sur Seine, commune riche, fait partie des communes ayant un fort taux de chômage et de pauvreté (au-dessus des taux nationaux) chômage >15% au lieu de 10% - pauvreté >18,9% au lieu de 14%  1026€ par mois. Les priorités doivent donc aller vers le social, l’éducatif, la jeunesse, et l’environnement. Ça n’apparaît pas dans votre budget.
Quel est le projet le plus naïf, le plus utopique, celui qui mise sur la technique et le béton ou celui qui privilégie l’humain  ?

Jardin du Gué de la Loge

Intervention de Gilles Robert au conseil municipal du 18 Mars : 

Nous venons de statuer sur l’agrandissement du parking Paul Fournier, mais de celui du Gué de la Loge il n’est pas question.
Comme gouverner c’est prévoir, avant qu’il ne soit trop tard nous souhaiterions réitérer cette requête à votre attention. 

 Nous vous avons alerté plusieurs fois à ce propos en ayant soin de renouveler le style de nos interventions dans l’espoir de toucher votre sensibilité. Vous avez semblé nous écouter, vous avez souri parfois mais du fond il n’a pas été question.  Après ces vaines tentatives, nous récidivons.  Puisqu’à ma connaissance aucune disposition réglementaire ne l’interdit, dussé-je payer de ma personne, souffrez que je vous la chante, afin cette fois je l’espère, faire écho à une opinion publique  que vous me dites entendre et prendre en compte. D’après une chanson de Jacques Dutronc, 1972, qui rappellera à un certain nombre d’entre nous le temps pas si lointain de notre jeunesse, « Le petit jardin ». 


C'était un petit jardin
Qui sentait bon le bassin parisien
Entre Provins et Saint-Aubin 
C’était un petit jardin 
Qui sentait bon nos souv’nirs d’hier et de demain
Avec un rouge-gorge dans son sapin. 
Mais un jour, près du jardin, 

Passa un homme qui, au revers de son veston,

Portait une fleur de béton.

Dans le jardin une voix chanta : 

« De grâce, de grâce, 
De grâce Monsieur le Maire,
De grâce, de grâce, 
Ne coupez pas mes fleurs, 
Ne prenez pas mon cœur ! »
 C'était un petit jardin
qui sentait bon le bassin parisien 
A la place du petit jardin 
N’étalait pas un béton vilain 
Où sont rangées comme des parpaings 
Les automobiles du centre urbain. »
C’était un petit jardin
Au Gué d’la Loge tout au bord du chemin. C’était un petit jardin
Qui voulait échapper à ce triste destin. 
« De grâce, de grâce, 
De grâce Monsieur le Maire, 
De grâce, de grâce, 
Ne coupez pas ses fleurs, 
Ne prenez pas son cœur. » 
 
C’est volontairement que la forme prétend surprendre. N’en faisons pas une question de fond. La réalisation de ce modeste parking à la place de cet espace vert peu accessible ne se justifie pas.
Des manifestations ont lieu un peu partout en France, 1000 lycéens ont défilé dans les rues de Troyes vendredi dernier, puis 800 personnes se sont rassemblées ce samedi 15 mars pour alerter les pouvoirs publics, ils n ‘étaient que 200 en décembre 2018 et 12 en octobre.
En tout, plus de 350 000 personnes se sont réunies dans 220 villes de France ce samedi.
La protection de l’environnement et le développement durable ne sont plus des questions subsidiaires, allez-vous le comprendre ? 
Après ce rappel « homéopathique », faudra-t-il avoir recours à des alertes plus énergiques pour se faire entendre ?

03/02/2019

Suspension du chef de la police municipale : Nos 2 élus interpellent le Maire




Bonjour Monsieur le Maire

Je viens d’apprendre la sanction lourde que vous venez de prendre à l’encontre du chef de la police municipale. Cette mesure, même si elle est la prérogative du Maire, impacte lourdement un agent essentiel puisque chef d’un service responsable de la sécurité des Nogentais et du maintien de l’ordre, et de plus, représentant du personnel. Ainsi, elle concerne également tout le personnel communal et les représentants de la commune.

 
En tant que membre de l’opposition, je souhaiterais connaître la justification d’une telle mesure, qui, loin d’apaiser les tensions internes, risque de nuire davantage au climat dans les circonstances de réorganisation des services.

Pouvez-vous nous préciser la sanction prise ?
Quelles seront les conséquences sur l’avenir du policier municipal ?
Quelles seront les conséquences sur l’organisation de la police municipale, son efficacité et  la confiance mutuelle qui doit régner sereinement ?
Cette action est-elle cohérente avec votre souci légitime d’associer et d’unir vos agents dans la nouvelle organisation justifiée par l’amélioration du service à l’usager et au contribuable ?
Dans de telles circonstances, et afin de stopper toute fausse rumeur, vous ne pouvez faire l’économie d’une vraie information vis-à-vis de vos agents, des membres du conseil municipal et de la population.

D’avance, je vous remercie de nous informer et de nous associer aux suites de cette affaire.
 
Réponse de Monsieur le Maire :
 
Monsieur le conseiller municipal,
Je fais suite à votre dernier courriel du lundi 28 janvier 2019.
Avant d’aller plus loin, je tiens à rappeler que la décision que j’ai été amenée à prendre ce jour n’est pas une sanction. Il s’agit d’une mesure conservatoire.
Comme vous le rappelez, je suis le seul chargé de l’administration municipale. Ainsi, j’agis conformément à mes prérogatives, dans le strict respect du cadre législatif et réglementaire.
J’ai pu relever des éléments qui m’ont conduit à prendre cette décision. Je ne souhaite ni entrer dans les détails pour le moment ni en dire davantage en l’état actuel de ce dossier. La continuité du service sera assurée dans la sérénité et en cohérence avec les grandes orientations fixées en matière de sécurité des personnes et des biens à Nogent-sur-Seine.
Respectueusement. 
Hugues FADIN

Maire de la ville de Nogent-sur-Seine

22/01/2019

Rapport sur les orientations budgétaires pour 2019

Lundi 21 Janvier
Ci-dessous les interventions de nos 2 élus Dominique Couturier et Gilles ROBERT :




Déclaration de Dominique COUTURIER
 
Monsieur le maire, je tenais à vous féliciter. Pour préparer ce rapport :
Vous avez tiré le bilan des actions réalisées ou mises en place l’an dernier.
Vous avez profité du magazine municipal interactif pour lancer les débats et les projets.
Vous avez organisé les rencontres dans les quartiers, des réunions publiques.
Vous avez écouté vos administrés, entendu les doléances, recensé les besoins, les éventuelles pétitions, étudié les projets co-construits.
Vous avez su associer les Nogentais et profiter de toutes les ressources humaines de votre commune.
Vous avez su organiser un vrai travail de commissions élargies aux différents partenaires, conseillers, chefs de service, habitants, experts.
Ce soir, vous nous présentez ce rapport d’orientation budgétaire issu de tout ce travail préparatoire.
Je dis Bravo ! 

La crise sociale actuelle met en évidence le besoin d’expression et de participation d’une grande majorité de Français dans les affaires publiques. Ce qui nous est toujours apparu, élus de l’esprit d’équipe, comme une évidence, est repris enfin par certains responsables politiques locaux et nationaux.
Bien sûr, nous ne nous faisons guère d’illusions sur des éventuelles retombées concrètes du grand débat national. Ce débat semble plus une stratégie d’enfumage qu’un intérêt soudain de la classe dirigeante vis-à-vis du peuple.
Ce débat est pourtant intéressant car il met en évidence le besoin d’expression des citoyens et d’une vraie implication dans les orientations politiques de notre pays, de leur collectivité. Les Français souhaitent être associés dans les projets collectifs qui conditionnent leur avenir et leur bien-vivre ensemble.
Il apparaît que la démocratie participative, en plus de réveiller la fibre citoyenne et républicaine, est le moyen le plus rationnel, le plus sage, le plus efficace, le plus économique d’améliorer la qualité de vie et l’environnement des Français.
Je souhaite citer Jo Spiegel, maire depuis plusieurs mandats de Kingersheim en Alsace (de nombreux entretiens sur YouTube):
« Quand l’argent manque, la question du coût des services qui sont rendus aux habitants par la Ville vient au premier plan. Et parce qu’il s’agit de notre quotidien à tous, ça n’est pas vers le bas qu’il faut tirer les prix, mais vers le mieux. Faire mieux au meilleur prix, ça nécessite de répondre de la manière la plus précise aux besoins des familles, des commerces, des entreprises. Ne pas gaspiller. Optimiser. Et la meilleure réponse qui soit, dans ce cas-là, reste de les associer au processus de décision. L ’implication, la participation n’ont donc pas seulement une vertu « démocratique ». Elles sont un facteur d’amélioration de l’utilisation des deniers publics.
A ceux qui nous taxent d’idéalisme, je dis qu’au contraire, impliquer réellement, sincèrement, les habitants d’une ville dans les décisions qui les concernent, c’est la mesure-clé d’une gestion saine du budget municipal. »
M. Spiegel assure qu’associer la population aux décisions, participe à un vrai gain de temps, des économies réelles, et une meilleure adhésion à la politique communale.
Chaque année, dans les Cévennes ardéchoises où je passe mes vacances d’été, les panneaux d’affichages invitent régulièrement les populations à réfléchir sur des projets locaux: réunion publique sur les sens de circulation, visite groupée pour l’entretien des sentiers, autour d’actions sur l’environnement, sur la sécurité… Ce qui se fait naturellement dans des villages, se fait dans les quartiers, dans les villes…
De nombreuses communes fonctionnent ainsi, parfois en mettant même en place des budgets participatifs… Budget participatif (5%) comme à Montrouge, Metz, Grenoble, Rennes, Firminy, Tilloy-lès-Mofflaines (Pas-de-Calais, 1 450 habitants), 90 villes et collectivités, 6M de Français concernés (1/10)
Je vous invite à vous informer sur internet. 

Bon, revenons à la situation de Nogent sur Seine.
Vous l’avez compris, tout à l’heure, je plaisantais bien sûr…
Ici à Nogent, aucun bilan n’est fait.
Nul besoin de faire un point sur la situation sociale des Nogentais, l’environnement, la situation des entreprises, des commerces, la sécurité des Nogentais, la jeunesse, l’éducation.
Nul besoin d’entendre les habitants, les professionnels, de profiter de l’expertise, de l’expérience, de l’intelligence de chacun, aucun travail sérieux de commission, l’opposition ignorée, aucun travail d’équipe.
Non, vous nous proposez comme chaque début d’année, une simple découverte d’un document très bien fait d’ailleurs par l’administration communale. Le budget 2019 qui découlera de ce rapport est déjà dans votre tiroir, ficelé par les chefs de service. Il sera adopté sans surprise par les conseillers de la majorité qui n’y ont participé ni de près ni de loin…
Il ne sera pas le nôtre.
Mais cette situation ne vous pose aucun problème depuis de nombreuses années…
Pourquoi ce qui se passe dans un grand nombre de collectivités est impossible chez nous ?
Avez-vous peur de vos administrés ?
Craignez-vous de perdre vos prérogatives ?
Est-ce le sentiment de détenir toute la vérité ?... de connaître tous les sujets ?
Je donne la parole à mon collègue qui va égrainer quelques sujets du quotidien…

------>-> Gilles 

Parlons justement de prévention
Lors des vœux au personnel, j’ai entendu dans vos propos le mot « prévention » 
Mais où apparaît-elle dans ce rapport d’orientation ?
Allons-nous enfin parler d’éducateurs de rue, de classes vertes et citoyennes, d’accompagnement des parents, de postes de travaux d’intérêt général, d’un médiateur social, de conseil de jeunes, de rencontres de quartier, de vrai projet de suivi et prévention de santé, magazine municipal innovant et ouvert à tous ?
Ou bien votre concept de prévention se limite-t-il à la vidéo surveillance qui nous coûte un bras chaque année et qui, ça se saurait, n’empêche pas les cambriolages ou les incivilités… Peut-être aurons-nous un bilan sérieux un jour ?
Se limite-t-il à un nouveau bâtiment pour la police ? à une police armée ?
Se limite-t-il à quelques propos menaçants faisant davantage preuve d’autoritarisme que de sérénité et de maîtrise ?
Se limite-il à un magazine municipal d’information à sens unique qui s’apparente de plus en plus à votre album photos. Magazine dans lequel vous accordez généreusement quelques centaines de caractères d’expression libre aux oppositions ?
Mais , j’y pense, ce magazine est un formidable outil de prévention… … prévention contre un éventuel échec à la prochaine élection municipale…
D’ailleurs, à propos du dernier magazine, les quelque 2/3 des électeurs qui ne se sont pas exprimés pour vous en 2014 doivent apprécier de participer financièrement à votre future campagne électorale… 

M. le maire, voyez-vous, nous, élus de l’esprit d’équipe, en avons gros sur le cœur. C’est le 5ème DOB auquel nous participons, le 5ème budget que nous nous refusons de voter par principe parce que nous n’y avons jamais été associés. 5 ans que nous demandons un vrai travail de commission en amont, un bilan annuel de chaque adjoint dans son domaine. Rien ! Toujours rien !
Nos propositions ne sont même pas rejetées par principe, elles sont ignorées. Il n’y a pas de place pour nos idées.
Cette façon de gérer la commune est dépassée parce que inefficace. Elle engendre les oublis, les erreurs, parfois les fautes, les incompréhensions, souvent les tensions inutiles.
C’est votre conception de la démocratie, ce n’est pas la nôtre. En tous cas, elle va à l’encontre d’une croissance et d’une évolution dynamique et équilibrée de Nogent, des besoins réels de tous les Nogentais et de l’intérêt général.
Ceux-ci jugeront le moment venu si ce n’est déjà fait…
Pour finir, je prends les devants. Nous n’attendons aucune réponse de votre part, comme vous en avez la mauvaise habitude.
Merci de nous avoir écoutés quand même.